Les chiffres-clefs du marché du médicament vétérinaire

Avec 833 millions d’euros de chiffre d’affaires en France en 2015 (dont 814 pour le marché du médicament) et 1,2 milliard d’euros à l’exportation dont 700 millions pour la seule Union Européenne, la France est le premier pays en matière de recherche et de fabrication de médicaments et de réactifs en Europe, avec plus de 6 700 salariés, et le plus grand arsenal thérapeutique (2 700 AMM). Cet atout est renforcé par la présence de 4 entreprises françaises (Merial, Virbac, Ceva, Vetoquinol) dans les 10 premiers laboratoires mondiaux.

 

Au niveau mondial, le trio de tête, Zoétis, MSD Santé Animale (Merck & Co) et Merial (Sanofi) cumule à lui seul plus de 50 % des ventes. Sur les 39 adhérents du Syndicat de l’Industrie du Médicament et réactif Vétérinaires, un laboratoire sur deux est une PME (avec un chiffre d’affaires inférieur à 1 % du marché). Le marché vétérinaire bénéficie du dynamisme du segment des animaux de compagnie du à l’investissement croissant des français dans le bien-être de leurs compagnons domestiques (43.6 % de parts de marché), ainsi que de celui des animaux de rente qui représente plus de la moitié du marché (51.7 %). Enfin, un intérêt particulier est porté à l’équitation (4.7 % équins).

Le modèle économique de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires doit tenir compte du nombre important d’espèces animales, qui oblige à l’élaboration de dossiers de demandes d’autorisation de mise sur le marché spécifiques à chacune d’elles, notamment lorsque les animaux sont destinés à la consommation. La diversité des espèces et de leurs pathologies propres, ont tendance à fractionner ce marché (17 % des médicaments vendus atteignent un chiffre d’affaires inférieur à 40 000 €). Les 10 à 12 % de la part de chiffre d’affaires consacrés par l’industrie du médicament et réactif vétérinaires à la R&D lui assurent une croissance par l’innovation de atteignant jusqu’à 6 % par an. Des raisons historiques (tradition pastorienne, premières écoles vétérinaires, liens forts avec le tissu des entreprises de santé humaine également très puissant en France, etc.) et des raisons économiques liées à l’importance des effectifs sur notre territoire ont fait de la France le 2ème marché de santé animale au monde : 41 millions d’animaux de rente (bovins, porcs, ovins, caprins), 301 millions de volailles (poulets, dindes, pintades, canard), 9 millions de lapins, 800 000 chevaux, sans oublier 7,4 millions de chiens et 11,4 millions de chats.

Enfin, la répartition du marché par grandes classes thérapeutiques révèle une prédominance de la prévention des maladies infectieuses par l’utilisation de vaccins et des mesures métaphylactiques  (Vaccins 22.9 %, Antiparasitaires 18.3 %, Insecticides 13.8 %) que par l’utilisation de traitements curatifs (Antibiotiques 11.2 %, Produits topiques 8.4%).

 

Retrouvez la vidéo des chiffres clés 2015 du marché du médicament et réactif vétérinaires : ici

Le SIMV est membre de